Je n’ai pas choisi d’être noir et tu n’as pas choisi d’être blanc

C’est difficile parfois de réagir sur l’actualité. Et malheureusement celle-ci ne cesse jamais. Les gens sont énervés, une colère légitime qui existe depuis la nuit des temps. Aujourd’hui le moindre petit faux pas peut te valoir ton travail, ta vie sociale. Les réseaux sociaux font le job. Il faut constamment prendre position, être d’un côté ou de l’autre. Oui, parce qu’on a parfois l’impression que le monde est divisé en 2 camps. Mais si nous (nous particuliers, personnes lambdas, oui nous) étions fatigués de choisir à chaque fois? Si nous souhaitions juste vivre avec qui on veut, rire avec qui on veut, partager notre pain avec qui on veut et ce peut n’importe la couleur, la religion? J’ose espérer que celà puisse changer un jour. Oui, nous sommes bien en 2020, mesdames et messieurs et le débat existe toujours.

Je n’ai pas un statut social en jeu, ai-je tout de même le droit de m’exprimer ? Je ne suis pas très forte en histoire mais je sais que tout ce qui se passent aujourd’hui est la conséquence d’un passé douloureux. Certains avaient pris leurs aises, la situation les arrangeait et ils ne veulent toujours rien changer des siècles plus tard. D’autres ont évolué et se sont rendus compte que ce qui semblait bon hier, ne l’ai plus aujourd’hui. Ils essaient de réparer et de ne pas répéter les erreurs dont ils ont hérité. Ont réalisé qu’il est temps de comprendre une bonne fois pour toute que L’HOMME est fait de chaire et d’os, qu’il est doté d’un esprit, d’une conscience; et ce, n’en déplaise à certains, qu’il soit noir, blanc, vert, marron, bref peu n’importe la couleur.

JE N’AI PAS CHOISI D’ÊTRE NOIRE…

Non, je ne l’ai pas choisi. Et si j’avais eu le choix l’aurais-je fait ? Je n’en sais rien. Parce qu’en quittant le ventre de ma mère je ne savais pas dans quel monde je débarquais, ni même pourquoi j’étais là. Alors on peut se plaindre et dire que la vie est injuste ou essayer de faire le nécessaire pour vivre celle qui nous semble plus juste.

Je peux envier une personne qui a les cheveux lisses et facile à coiffer je vous l’accorde. Mais de même qu’elle peut envier les miens pour leur volume et leurs boucles naturelles (bon d’accord je ne les ai pas). Je peux envier quelqu’un pour sa bonté, pour son humanité et ce n’est pas la couleur qui définit ça. Je sais qu’aux yeux de notre créateur ce n’est pas ta couleur qui fait de toi un homme meilleur, mais plutôt ce que tu as dans le coeur, la bonne intention de tes actes…

Alors non, je n’ai pas choisi d’être noire et je ne vais pas me plaindre de l’être. J’aime ma peau, ma culture, ma religion et choisir de les changer pour ressembler à d’autres ne fera pas de moi une personne supérieure, meilleure. « Si ma vie te dérange, occupe-toi de la tienne ». De la même manière que tu n’es pas obligé de me ressembler, je ne suis pas non plus obligée de te ressembler. Non, il n’y a pas besoin de tout changer car il est logiquement possible de vivre avec nos différences. Il faut juste s’adapter, s’accepter. J’ai travaillé avec une équipe cosmopolite, avec chacun sa vision des choses, son teint, sa culture, sa religion. Certains mangent du porc, d’autres halal et ça nous a jamais empêché de nous réunir autour d’une même table durant nos sorties et nos pots de départ.

LE RACISME ?

Le racisme existe partout et sous différentes formes, c’est un fait. Et c’est avoir tort que de refuser de le reconnaître. C’est faire semblant de ne pas vivre dans ce monde. Mais bien sûr que non tout le monde n’est pas raciste, qu’il y a eu des efforts accomplis, fort heureusement. J’entends souvent des personnes qui généralisent, il ne faut pas. Et si on évoluait, et si on se respectait? Et si tout simplement on acceptait de redonner à L’HOMME sa place d’être humain ? Et si on ouvrait les yeux pour réaliser, enfin, que peu importe notre couleur de peau, ça ne changera pas notre destination finale (oui on va tous crever). En voilà un point d’égalité.

Je suis consciente que nous ne vivons pas dans un monde de bisounours, que certains ont besoin de « pouvoir » pour survivre. Quitte à piétiner les autres, à en faire des choses. Que tu sois un blanc détestant un noir ou inversement, c’est ton droit, ton problème. Mais sache juste que tu n’as pas besoin de communiquer ta haine au monde entier. Tu ne m’aimes pas? C’est ton choix, mais je ne te demande qu’une chose: « respecte-moi! »

Noir, blanc ? … Ah si seulement nous avions su quel monde de fous nous attendait. On peut se poser la question de savoir ce que nous aurions pu faire de différent cela-dit. Vous imaginez que nous sommes arrivés à un point où l’on doit peser mille fois ses mots avant de les prononcer. À un point où l’on ne peut plus rire de nos différences sans être taxé de tous les propos. Tout ça parce que quelques privilégiés capricieux refusent d’évoluer avec le temps.

J’ai sûrement vécu le racisme comme beaucoup d’autres, de par ma couleur, ma religion, mes origines… Mais vous savez quoi je n’aurais même pas d’exemple particulier à vous donner car je crois qu’inconsciemment j’ai toujours refusé de me positionner comme une victime. J’ai sûrement été raciste à un moment de ma vie aussi, je pense qu’on l’a tous été (en privé ou en public), vis à vis d’un noir, d’un blanc, d’un asiatique, d’une religion, d’une communauté … Même si c’est sans gravité ça reste du racisme on est d’accord. Mais ce que je ne pourrais jamais comprendre par contre, c’est cette haine… Le fait d’haïr une catégorie de personnes au point de vouloir les voir mourir et pire encore de les tuer sans aucun scrupule. Au point d’ôter des vies dont ils seront incapables de rendre.

Veuillez m’excuser si j’ai été maladroite dans mes propos, si j’ai bâclé le sujet. Peut-être saurez-vous m’éclairer sur quelques points. J’ai juste ressenti ce besoin d’expression. Quelles sont vos opinions sur ce sujet plus que sensible, vos expériences ? Quel regard portez-vous sur ce monde ? Pour ma part une chose est sûre tant que nous continuerons à nous considérer comme des adversaires, nous n’en finirons jamais avec ce fléau. Ahh le pouvoir !

Allez, aimons nous les uns, les autres …

NasYou.

Avoir ses règles en étant enceinte : possible ?

Chers lecteurs, bonjour/bonsoir

Celà fait bien longtemps que je n’ai pas donné de nouvelles, j’espère que vous allez bien depuis. Moi ? Plutôt pas mal. Je m’apprête à changer d’environnement, j’ai besoin d’un peu de fraîcheur. Mais bon, il n’est pas question de celà aujourd’hui, je vous le dirai au moment venu.

Vous l’avez compris, nous allons encore parler de grossesse. Pour ceux et celles qui avaient un peu suivi mon histoire, c’est la suite. Pour les autres, bienvenue sur mon blog et spécialement sur l’onglet maternité que je vous invite à découvrir. Nous allons donc parler bébés. Oui, ces petits bouts que nous désirons tant, du moins pour ma part. Vous aussi êtes en quête de maternité/paternité? Courage, vous n’êtes pas seuls.

Alors non, je ne vais pas faire de suspense, vous avez sûrement parcouru beaucoup d’autres blogs et avez peut-être trouvé la réponse à cette question. Mais je vais vous raconter mon expérience, un écho à la vôtre peut-être. Donc pour revenir brièvement sur l’histoire, j’ai eu une grossesse extra-utérine (GEU) en janvier 2020. N’hésitez pas à cliquer sur ceci pour en savoir plus. Donc suite à celà il fallait attendre au moins 3 mois pour reprendre les essais. Pendant ce temps, je devais prendre plaisir à me rendre régulièrement à l’hôpital pour vérifier que mon taux de Béta HCG chutait. Il doit être inférieur à 5 pour que ce soit considéré comme négatif.

LA REPRISE

Voilà, j’étais de nouveau prête, physiquement mais surtout mentalement. La réponse à la question « es-tu tombée enceinte par la suite » est bien « OUI« . Mais laissez-moi vous raconter. Au mois de juin je décide de reprendre les tests d’ovulation, c’est quand-même plus précis même si ça nous rend toujours aussi paranoïaques. Le 1er jour (DR+8) le test est positif (très positif même), youpi! Le 2ème jour pareil, re-youpi! Puis arrive le 3ème jour et là (pause), une petite voix me dit: « ehh, mais tu as aussi des tests de grossesse hein, ça te dis pas d’en faire un juste pour voir ? » Je ne me suis pas faite prier pour être honnête, alors j’ai cédé. Même pas 1 minutes après j’ai cru halluciner, il y avait bien une 2ème barre, oui la même qui symbolise le fameux +. Pour moi c’était improbable, j’avais mes menstrues quelques jours plutôt. Je décide de ne rien dire à mon mari. Lui aussi me penserait folle. Je passe néanmoins le reste de ma journée à cogiter.

Puis le lendemain alors que je m’apprêtais à sortir, surprise: Saignements. Quoi? Mais pourquoi je saigne? Je réalisais ce qui m’arrivait. Eh s’il y avait un lien avec le test positif de la veille? J’étais persuadée que je faisais une fausse couche. Encore? J’ai repensé à ma GEU, me voyant revivre le même cauchemar. J’ai gardé mon calme, (euh) ça n’aura pas duré. Le surlendemain toujours pareil, je saigne de plus en plus. On décide alors de se rendre aux Urgences. Youpi, je venais à peine de cesser de m’y rendre que j’y retournais déjà. Mais là, le gynéco ne voit rien. Normal, je me disais. Moi-même je me prenais pour une tarée, et pourtant. Plutôt avant d’y aller, j’avais fait un test, toujours positif mais la barre était plus pâle. L’évidence était là, FAUSSE COUCHE.

MAIS QUE S’EST-IL PASSÉ ?

Pour reprendre la chronologie, 6 jours avant mes menstrues j’avais fait un test urinaire qui s’est avéré négatif. Puis mon cycle a commencé normalement. Une semaine plus tard je réalise une hystérosalpingographie pour vérifier que ma trompe n’a pas subi de dommages apres ma GEU quelques mois plutôt. Résultat, négatif. Ouf, je vais bien. Bb1 se fait juste désirer.

Mais alors, comment expliquer cette fausse couche? Pour information, du moins pour ceux qui ne le savent pas, avant de faire une hystéro (pour faire court) il faut s’assurer de ne pas être enceinte. Ce qui selon moi était bien mon cas puisque le test urinaire s’est avéré négatif et que mon cycle s’est déroulé comme d’habitude. C’est du moins ce que je pensais. Et puis le centre d’imagerie ne m’a pas prescrite une prise de sang en amont (comme j’avais mes ragnagna) alors je ne l’ai pas fait.

Je vous prie de m’excuser pour les détails (qui peuvent être gênants) mais c’est pour mieux comprendre le contexte. Ça peut arriver à n’importe quelle femme alors si ça peut aider, je préfère être précise. Le fait est que juste avant le début de mon cycle (du mois de juin) il y a bien eu ce que vous imaginez. Ah bah voilà tout s’explique. Vous avez compris n’est-ce pas? J’ai donc dû avoir une ovulation tardive. Ce qui explique logiquement cette grossesse surprise partie aussitôt qu’elle est arrivée. Et auriez-vous une idée de la cause de cette fausse couche? Oui? Non?

Moi j’en ai une. L’hystéro. C’est un examen qu’il ne faut pas faire en étant enceinte car les rayons X peuvent avoir des conséquences néfastes sur la grossesse. Voilà, pourquoi bb1 (ou plutôt 2) n’a pas survécu lui aussi, c’est ma théorie. Le plus drôle (pas tellement en réalité) dans tout ça, c’est que je suis tombée enceinte pour la première fois après cet examen (grâce à ça même si ça s’est soldé par une GEU) et que j’ai perdu une grossesse à cause de ça également. Mais vous savez quoi? Je n’ai pas eu autant mal que la première fois. Je réalisais que j’étais enceinte pendant que je la perdais. Elle n’aura tenu que quelques jours, seulement. Je l’imagine bien faire son compte rendu à ses futurs frères et soeurs:  » les gars, je n’étais pas prêt, bonne chance à vous. »

POUR RÉPONDRE À LA QUESTION (du titre) …

Donc « Oui » les filles et les garçons, on peut bien être enceinte en ayant ses règles. Ça arrive d’ailleurs souvent dans le cadre d’un déni de grossesse. Mais voilà, il suffit aussi d’une ovulation tardive pour que le petit zozo trouve son chemin et s’installe. Ce qui n’est pas déplaisant pour ma part car une très bonne surprise (quand la fin est bonne). Si je devais donc vous donner un conseil chères lectrices (en particulier) ce serait de toujours faire une prise de sang pour vous assurer de l’absence d’une grossesse avant de faire des examens non compatibles. Peut-être que je vous aurais raconté l’évolution de ce petit bout et non sa perte.

Je vous souhaite bien du courage les filles, dans votre quête de maternité. Ce sera dure parfois, voire souvent. Mais une fois qu’il/elle sera là, vous serez la plus heureuse. Et vous les futurs papas, soutenez vos compagnes, vivez cette aventure à deux. J’ai hâte de vous raconter ce chapitre, celui où on suit l’évolution step by step. Bientôt je l’espère car non, je ne n’abandonne pas et vous ne devez pas abandonner non plus.

À très vite.

NasYou!