La communication dans le couple

Ah l’amour! C’est si beau, si merveilleux n’est-ce pas? Ce sentiment inexplicable qui parfois nous fait perdre la raison. Les débuts semblent tellement magiques, si incroyables. Mais l’on ne peut en rester là, il faut sauter le pas. Poursuivre l’aventure, à deux, c’est beaucoup mieux. Entamer une vie commune… brefs, la vie de couple.

DES DÉBUTS HEUREUX

On dit que l’amour ne fait pas tout. Ce n’est pas faut. C’est la base, la fondation essentielle pour ce projet commun qu’est de vivre et avancer à deux. C’est parce qu’il y a l’amour, qu’on trouve un sens à sa relation. Sinon qu’est-ce qui différencie notre partenaire d’un homme ou d’une femme lambda? Aurions-nous la même complicité, les mêmes éclats de rire….

Image Pixabay

On se souvient tous de nos moments heureux, le début de notre relation. Si vous les avez oublié c’est que votre relation remonte à des années (félicitations si votre couple tient toujours), mais c’est normalement une période qui reste encrée. On se souvient des premiers regards, des premiers échanges de baisers. Les promesses qu’on s’est fait, les rêves partagés… Ces moments pendant lesquelles chaque seconde passée ensemble comptait beaucoup plus que tout autre chose. Mais le temps passe et l’on ne peut rester bloquer sur ces instants. Il faut avancer. Se projeter c’est bien, le vivre c’est encore mieux mais reste une performance mine de rien. En effet, nous le savons, parfois tout ne se passe pas comme nous l’avions imaginé, du moins pas exactement. La vraie vie c’est autre chose. C’est un vrai boulot à plein temps qui a pour rémunération le maintien de votre couple dans la durée. Ce n’est pas pour rien que beaucoup hésitent à faire le grand saut.

LE QUOTIDIEN ET LA ROUTINE

Une fois mariés, pacsés ou tout simplement une fois que le couple décide de partager la vie à deux et donc de s’installer ensemble, beaucoup de choses changent. Le quotidien finit par prendre le dessus. Il y a tellement de choses à assumer, à gérer: le loyer, les factures, les courses… Il faut travailler, c’est primordial, sinon même vitale. L’on passe moins de temps avec son/sa partenaire. Beaucoup plus à l’extérieur, avec les collègues de travail. Il y a le stress, la société nous oblige à faire toujours plus en nous mettant tous en compétition, les uns contre les autres. Le travail prend alors beaucoup de place dans nos vies. Au réveil, à table, avant de se coucher… Et tout ça a pour conséquence de créer des distances dans le couple.

En quoi la communication est t-elle importante?

Je ne suis pas une psychologue et/ou une spécialiste de la communication et des relations de couples. Mais je suis moi-même en couple, mariée depuis bientôt 2 ans et je ne décris ici que ma vision des choses par rapport à mon vécu.

Pour moi la communication dans le couple est essentiel au même niveau que la confiance et l’amour. Ce sont des critères primordiaux qui se complètent. Dans mon propore quotidien je la ressens parfois cette distance. Puis quand je me mets à réfléchir, je réalise que le manque de communication est le pire ennemi qu’un couple puisse avoir.

Image couple en rupture Pixabay

Il arrive parfois de trouver l’autre insupportable pour un oui ou pour un non. Parce qu’elle/il ne pense plus comme nous. Parce qu’on se sent incompris (e), parce qu’on aimerait qu’elle/il devine tout à notre place sans avoir à dire quoi que ce soit et que ça n’arrive pas. Mais comment arriver à se comprendre? Si j’ai mal et que je n’arrive pas à l’exprimer à mon mari, comment puis-je lui en vouloir ensuite? La complicité qui existe entre nous permet à chacun d’identifier quand quelque chose cloche. Mais tant qu’on ne pose pas des mots sur les sentiments à l’instant T ça fait traîner le problème qui va alors s’agrandir et prendre une autre ampleur (pas forcément positive).

Publicités

Je connais des couples qui vivent ensemble mais qui ne partagent pas grand-chose. Qui font leur vie chacun de son côté. Avec les réseaux sociaux et les smartphones il n’est pas très difficile de s’occuper. J’avoue que ce petit gadget devenu indispensable (du moins c’est ce qu’on se dit) est autant un atout qu’un inconvénient (pour moi). On est là physiquement mais ailleurs à la fois. Je pense que le manque de communication pendant ces heures de silence est très propice à la tromperie. En quoi? Je m’explique, le temps qu’on ne passe pas avec son/sa chéri (e), on le passe avec une autre personne ou sur autre chose. Cela peut conduire à la naissance d’une relation parallèle qui viendra peut-être semer le trouble dans celle que vous vivez. L’arrivée d’une autre personne ou d’une passion qui vous comblera peut-être, ainsi que ce manque de dialogue.

Petite parenthèse et sans jugement, j’ai l’impression que nous les femmes attendons toujours plus de nos hommes. C’est à eux de nous offrir des cadeaux, de nous protéger, de deviner ce qu’on voudrait pour tél ou tél événement. Mais souvent on les oublie, eux. Et si on ne pense pas à eux, d’utres le feront pour nous (on s’est compris). Comment attendre d’eux qu’ils nous traitent comme des princesses si nous n’en faisons pas des princes. De la même manière que nous avons le besoin incessant qu’ils nous écoutent et nous comprennent, ils en attendent de même. Ce que je veux dire par là c’est que les choses doivent se faire dans les deux sens et non de manière unilatérale.

POURQUOI MAINTENIR LA COMMUNICATION?

Le fait de toujours trouver le moyen de se parler permet de mieux connaître son partenaire, car oui, il y a toujours quelque chose à apprendre sur lui/elle. C’est ce qui va permettre par la suite d’arriver à savoir ce qui lui ferait le plus plaisir par exemple, ce qu’il lui faut, ce qu’il vous faut…

Je me souviens d’une période pendant laquelle je ne disais plus rien. Je rentrais du travail épuisée et un peu sur les nerfs. Mon mari le voyait, que je n’étais pas bien. Mais il est resté serein au début espérant que je lui laisse une porte ouverte pour en parler. Mais les jours passaient et toujours rien. Ce n’était pas bien de réagir comme ça, mais nous avons tous nos moments de faiblesse, de vulnérabilité (je parle de moi). Alors il a décidé qu’il fallait qu’on discute. Sans rentrer dans les détails j’ai pu poser des mots sur ce que je ressentais et ça m’a fait du bien. Oui, ça nous a fait du bien car le dialogue a repris et notre complicité aussitôt. Si nous n’avions pas l’habitude de communiquer cela aurait sûrement duré plus longtemps. Ce serait même peut-être devenu une situation normale (ce qui serait anormal).

QUE FAIRE POUR AMÉLIORER LA COMMUNICATION ?

Image Pixabay

Il n’en faut pas plus pour briser un couple, et pas plus pour le rendre plus fort. On dit que les choses les plus simples sont les meilleures. Il faut juste un peu d’efforts et de volonté. À partir du moment où vous aimez la personne, vous lui faîtes confiance et que vous êtes heureux/se à ses côtés, il n’y a pas de raison que ça ne perdure pas. À condition bien-sûr d’y croire et de faire ce qu’il faut pour.

Il faut donc créer des moments de partage qui permettent de discuter. Parler du quotidien, faire un bilan de la relation. Qu’est qui va? Qu’est-ce qui ne fonctionne pas? Comment faire pour améliorer les choses? Ensuite parler de l’avenir. Pourquoi ? Cela permet de voir si vous êtes sur la même longueur d’onde et auquel cas mieux l’appréhender ensemble. Il faut arrêter de tout prendre pour acquis. Le fait d’être mariés et même d’avoir des enfants ne signifie pas qu’il/elle ne partira jamais ou que vous n’allez pas vous-même baisser les bras (même si dans l’idéal le mieux est de vivre « ensemble jusqu’à ce que la mort vous sépare »). Il faut discuter d’autres choses que des factures impayées et du patron qui vous a « saoulé » toute la journée. Je l’entends qu’il y a un manque de temps, mais il faut se trouver ces petits moments, c’est important.

J’apprends un peu plus chaque jour que vivre avec quelqu’un au quotidien peut parfois s’avérer lassant et difficile malgré tout l’amour qu’on lui porte. Il faut alors faire au mieux pour entretenir la flamme à l’origine de cette union. Se couper de la routine, discuter, rire. Se rappeler pourquoi on s’est choisi mutuellement, se dire « je t’aime »… Se disputer aussi, ça arrive. Et c’est parfois même l’occasion de mettre les choses à plat pour mieux avancer dans le meilleur des cas, ou s’arrêter, faire une pause si plus rien ne va.

Si vous sentez que votre couple vacille en ce moment, il est peut-être temps de vous poser à deux et d’en parler. Peu n’importe l’issue de cette discussion, cela ne peut que vous faire du bien. Plus j’avance dans cet article, et plus je me rends compte que j’ai encore tant de choses à vivre avec mon binôme (sache ô combien je t’aime si tu me lis).

Quels sont vos conseils, vos astuces? Comment faites-vous pour entretenir votre relation sans vous lasser de la routine? Heureux ménage à tous les couples et n’oubliez pas de vivre les choses à deux. Pour ceux et celles qui hésitent à sauter le pas, faites-vous confiance et lancez-vous. Mais retenez-bien que l’amour ne fait pas tout.

À très bientôt.

NasYou.

Mariage forcé: témoignage

Le mariage devrait être la consécration d’une relation basée sur l’amour entre deux personnes qui se sont mutuellement choisies. Nous savons qu’aux temps de nos grands-parents, voire de nos parents, beaucoup de couples se sont formés avec la volonté des familles et non celle des principaux concernés. Nous n’allons pas nous en plaindre, nous en sommes le résultat.

Nous vivons dans une époque où les relations se font et se défont à vitesse grand V. Pourvu qu’il ou elle ait terminé le pot de Nutella et ça devient une source de dispute qui conduira bientôt à un divorce. Oui, j’exagère peut-être un petit peu. Tout ceci pour dire que les personnes sont de plus en plus libres de choisir leurs partenaires en leurs âmes et consciences. Toutefois, ce n’est pas un fait qui est généralisé et il existe encore des pays où ce sont encore les parents qui décident qui épousera qui. Mais encore une fois, même dans ces endroits là ça ne concerne pas tout monde, on peut y observer des changements. Heureusement ou pas, cela dépend du point de vue de chacun. Certains verront là une conservation des coutumes et traditions. D’autres trouveront cela « hallucinant » et se voudront porte-parole pour dénoncer ce qu’ils jugeront injuste.

Je ne vais pas me positionner, chacun est libre de penser et de dire ce qu’il veut. Je vous partage juste ce témoignage qui aidera peut-être à voir claire sur des choses, à comprendre certains. Nous ne vivons pas toutes les situations de la même manière et il est intéressant d’en connaître les différences.

C’est l’histoire de Sayna (ceci est un nom d’emprunt, la concernée ayant souhaité garder l’anonymat):

[Le problème des familles comoriennes c’est que les parents pensent plus aux qu’en dira t- on plutôt qu’au bonheur de leurs enfants. Je vais parler de ma propre experience. À mes 18 ans nous sommes allés aux Comores pour des vacances et ma mère m’a dit: « écoute ma fille, tu es majeur, déjà une femme, donc il faudrait penser à te marier. » À ce moment-là, j’avais un coup de coeur pour un jeune homme du village avec qui je m’entendais bien mais je n’ai pas osé lui en parler. J’en ai discuté avec le principal concerné qui m’a dit qu’il était bien prêt et d’accord pour passer au cap suivant. J’ai alors pris mon courage à deux mains et j’en ai finalement parlé à ma mère. Mais le réflexe de cette dernière a été de commencer à faire des recherches sur lui au lieu d’aller le voir directement…. Ses copines l’ont devalorisé en disant que ce n’etait q’un bandit qui fumait de la drogue, qui buvait et j’en passe. Rien n’était vrai. Mais bien évidement ma mère a préféré les écouter et m’a fait passer des vacances d’enfer pour ne pas dire autre chose. Son refus a donc été catégorique. Tu te doutes bien que mon père a suivi par conséquent. C’était mort de chez mort. Deux semaines avant notre retour en France, mon père m’a convoqué pour une discution. Il m’a dit que son ami été venu le voir pour savoir si j’étais promise à quelqu’un, et dans le cas contraire, qu’il voudrait me présenter à son fils, avec mon accord bien-sûr.

Lassée par ce qui s’est passé et puis surtout désireuse de rendre mes parents fiers, je lui ai répondu que j’allais y réfléchir et lui dirais si je veux bien ou non. On me l’a montré assez rapidement et c’est vrai qu’il était plutôt pas mal. Mais bon, la beauté ne fait pas tout il faut le dire. J’ai donc donné une réponse positive à mon patriarche. S’en sont suivies les présentations et des visites régulières à la maison pour que nous apprenions à nous connaître. Le temps est passé, je me suis fait à l’idée. Il faisait bonne impression devant mes parents et devant moi aussi d’ailleurs, durant les deux premières années. Mais c’est plus tard que j’ai découvert son vrai visage. Il était manipulateur, ventard, sans rentrer dans les détails, tout ce que je déteste.

Je me suis éloignée de lui et ai decidé d’en parler a mon père ( ma mère était in love donc elle n’entendrait rien) pour lui dire que je ne voulait plus de cette relation. Mais bien-sûr il ne l’entendait pas de cette oreille. Pour lui je mettais la honte à ma famille et il serait gêné face à celle de Monsieur. Mais j’ai tenu le coup, j’ai été catégorique. Ma décision était prise, je ne voulais plus rien affaire à lui. Ils ont tout de suite pensé que j’avais quelqu’un d’autre mais non, pas du tout. Ma mère l’a très mal pris. Quand elle a su elle m’a sorti cette phrase qui raisonne encore dans ma tête aujourd’hui : « tu lui a fait perdre 3 ans de sa vie, si tu t’étais decidée plus tôt il aurait été marié et aurait probablement déjà eu des enfants« . Quoi? donc lui compte plus que moi? Okey. « Que vont dire mes amis, sa famille…? » S’en sont suivies des histoires pas possibles qui m’ont fait tomber en dépression. Vous savez la dépression, cette maladie incomprise et plutôt inconnue chez moi.

Une petite parenthèse pour illustrer un peu ce genre de situation. Le clip de la chanteuse sénégalaise Viviane Chidid intitulé mariage forcé sorti en 2017.

Malgré tout ça, mes parents ont quand même fait le nécessaire pour que cet homme vienne en France pensant que je céderais. Mais non, j’étais déterminée à ne pas le faire. Longtemps après j’ai rencontré une personne que j’aimais profondément et qui pour moi serait le mari idéal. Mais ils en avaient que faire, pour eux j’avais déshonoré la famille, je leur avais mis la honte. Aujourd’hui je suis heureuse avec cet autre devenu ma moitié. Tout ceci pour dire que malheureusement la majeure partie des parents privilégie le paraître, ce que diront et penseront les autres. Un honneur mal placé mis en avant, plutôt que le bonheur et le bien-être de leurs enfants. Encore moins leur avenir. Voilà mon histoire. ]

Que pensez-vous de ce témoignage ? Connaissez-vous des personnes dans cette situation. Quels conseils leur appprteriez-vous? Ici nous sommes entre le mariage arrangé de part la volonté des familles, et le mariage forcé du fait est que malgré son refus plus tard, les parents ne veulent rien entendre.

À très bientôt.

NasYou.