Visiter Paris: Au coeur d’un Montmartre mythique

Ah Paris! Paris la ville lumière. Lorsqu’on entend son nom on pense Tour Eiffel, La cathédrale Notre Dame, Avenue des Champs-Elysées, outre les événements qui ont eu lieu ces derniers temps.

Dans cet article, je vous propose de découvrir un autre Paris en visitant des lieux de légende. Vous les avez peut-être vu dans des films, en avez entendu parler. Eh bien il est temps de mettre vos baskets, prendre votre appareil photo et partir à la découverte de Montmartre. Entre amis ou en amoureux, vous allez adorer.

Montmartre, SUR LES PAS DE L’HISTOIRE

Point culminant de la capitale avec ses 130 mètres d’altitude, Montmartre est sûrement le lieu le plus atypique de Paris. Vous découvrirez les endroits fréquentés par les plus grands artistes français et étrangers. Du 1er au 7ème Art, Montmartre a su garder son charme au fil du temps ainsi que les traces qui vous permettront de marcher sur leurs pas.

C’est parti pour la visite!

Je vous suggère de commencer ce parcours par la station de métro Lamarck-Caulainlcourt (ligne 12). Vous reconnaîtrez peut-être ce lieu pour avoir servi de décor au célèbre film français du réalisateur Jean-Pierre Jeunet : « le fabuleux destin d’Amélie Poulain » sorti en 2001 et joué par Audrey Tautou. C’est l’histoire d’une jeune femme travaillant dans un bar à mon Montmartre et qui s’est fixé pour objectif de faire le bien autour d’elle. Ce film a reçu de nombreuses récompenses, notamment celle de l’Oscar du meilleur scénario original en 2002.

Affiche du film « Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain »

Rendez-vous ensuite au célèbre Lapin d’Agile, au 22 de la rue des Saules. C’est un cabaret où se réunissaient les peintres, les poètes et les chanteurs les plus connus de l’époque (Maurice Utrillo, Pablo Picasso, Guillaume Apollinaire….) depuis 1860. En face de cette petite maison atypique du 19ème siècle, vous verrez le Clos-Montmartre, seule plantation de vigne de la capitale, datant du 12ème siècle. En 1930 il bien failli disparaître au profit de la construction d’immeubles. Mais grâce à la mobilisation des habitants du quartier, le peu d’espace qui restait suite à l’annexion de Montmartre à Paris a pu être concervé et il reste aujourd’hui 2000m2 toujours en exploitation.

On continue en longeant la rue des Saules vers sa partie haute. Vous pourrez faire des petites pauses bien agréables en prenant cette pente car à chaque pas il y aura toujours quelques chose qui attirera votre regard. Une fois arrivé (e) au sommet (début de la rue), vous tournez à gauche sur la Rue Norvins qui vous conduira sur la célèbre Place du Tertre ou la place des artistes. Peintres et portraitistes se partagent cet espace de 149 emplacements de 1m2 chacun. Vous pourrez vous installer sur une de ses nombreuses terrasses prendre votre café ou siroter votre verre en les regardant exprimer leur talent en live.

Publicités

À quelques pas de la place, vous arrivez au niveau de la Basilique du Sacré Coeur. Le 2ème monument religieux parisien le plus visité après la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Basilique du Sacré Coeur

Vous serez peut-être tenté (e) de vouloir en rester là. Vous assoir sur les marches à observer Paris essayant d’identifier ses différents monuments. À écouter des artistes chanter, à les voir danser. Ou tout simplement rester là pour regarder ce jeune homme qui manie le ballon comme personne avec son corps. Pensez tout de même à faire un petit tour à l’intérieur de la Basilique pour contempler la plus grande mosaïque de France. Pour avoir une vue à 360° sur le tout Paris, il faudra affronter les 300 marches qui vous conduisent à son Dôme.

Vous n’êtes pas fatigué (e)?

Allez ! Il est temps de poursuivre la visite. Pour éviter de remonter par la suite, ne descendez pas les centaines de marches qui permettent l’accès à la Basilique. Retournez sur vos pas vers la Rue Norvins pour aller découvrir Le « Passe-muraille. » Ce personnage est sorti du roman de Marcel Aymé qui a d’ailleurs passé une bonne partie de sa vie sur cette rue. C’est l’histoire d’un homme lambda prénommé Dutilleul qui se découvre le pouvoir de traverser les murs mais qui en abuse et se retrouve un jour définitivement coincé. C’est l’acteur et sculpteur français Jean Marais qui l’a immortalisé sur le mur en face de la maison de l’auteur en son hommage en 1989.

Une fois que vous aurez pris les photos que vous allez vouloir vous empresser de publier, faîtes quelques pas sur votre gauche pour arriver au 11 bis rue d’Orchampt et apercevoir la maison de la grande chanteuse Dalida. Demeure dans laquelle elle y a passé 25 ans avant de se donner la mort en 1987.

MONTMARTRE ROMANTIQUE

À présent, un peu d’Amour! Je vous propose de longer la mythique Rue Lepic, connue pour avoir été habitée par de nombreux artistes tel que Vincent Van Ghog qui y a été hébergé par son frère Théo au n°54.

Au croisement, vous tournez à gauche de la Rue des Abbesses qui vous conduira au Square Jehan Rictus pour admirer le Mur des « Je T’aime ». Une fresque d’une surface de 40m2 sur laquelle cohabitent 311 « je t’aime » en 250 langues selon le site officiel de l’OTC (les données diffèrent selon les sites consultés). Vous ne pourrez vous empêcher, une fois que vous aurez capturé vos belles images, de vous rapprocher pour retrouver « Ngam Hamdzo » dans votre langue.

STOP OU ENCORE ?

Ça y est, on approche de la fin de la visite mais pas du plaisir. J’espère que jusqu’à là vous avez adoré le parcours. Je vous laisse le choix entre prendre le métro pour rentrer vous reposer ou poursuivre l’aventure de quelques minutes. Dans le 1er cas, vous n’aurez qu’à descendre les nombreuses marches de la station la plus profonde du réseau de transport parisien pour rejoindre le quai du métro 12 : station Abbesses.

Dans le second cas il vous faudra revenir sur vos pas pour poursuivre la Rue Lepic. Vous pouvez vous arrêter au n°15, au Café des 2 Moulins faire une courte pause. C’est le café où travaillait Amélie, dans le film Le fabuleux destin d’Amélie Poulain.

Vous arrivez arrivez ensuite sur le boulevard de Clichy, sur lequel se trouve le plus célèbre cabaret du monde, Le Moulin Rouge. Il a ouvert ses portes le 6 octobre 1889 et a su traverser le temps. Dans ce lieu s’est développée la célèbre danse endiablée, «  le french cancan » qui le caractérise encore aujourd’hui.

Le Moulin Rouge

Voilà les Amis. La visite s’achève ici pour ma part. Mais il y a tellement de choses à voir et à faire à Montmartre que je ne pouvais tout énumérer. J’espère que cette petite sélection vous a plu. Si toutefois vous voulez prolonger l’aventure et sortir de Montmartre, il suffit de prendre la ligne 2 du métro depuis la station Blanche, direction Porte Dauphine jusqu’à la station Charles de Gaulle Étoile où se trouve l’Arc de Triomphe. Vous pourrez ainsi parcourir la célébrissime Avenue des Champs-Elysées en y faisant votre shopping.

Sites utiles:

Montmartre: http://www.montmartre-guide.com/

Basilique du Sacré Coeur: http://www.sacre-coeur-montmartre.com/francais/

Le Moulin Rouge: http://www.moulinrouge.fr/histoire

Office du Tourisme et des Congrès de Paris: https://reservation.parisinfo.com/

NasYou.

Cédia M’soili: la tradition au coeur de l’Art

Chers lecteurs et chères lectrices, c’est avec un immense plaisir que je vous propose aujourd’hui de (re) découvrir le travail d’une jeune femme très talentueuse et passionnée qui a pour mission de vous embellir avec une satisfaction garantie.

Je suis entrain de réaliser que cela fait déjà plus de 10 ans que l’on se connaît, c’est fou comme le temps passe. Pour l’anecdote, on s’est rencontré pendant un concours de chant à Mayotte, dont elle est d’ailleurs sortie vainqueur. Quand je vous dis qu’elle a du talent, je n’exagère pas. J’admire son parcours et sa détermination. Peut-être pourra t-elle inspirer certains d’entre vous ou éventuellement vous motiver à lancer vos projets après avoir longtemps hésité.

Créatrice de Bled’Art Maora Création

Le début de l’aventure Bled’Art

Elle s’appelle Cédia M’soili, elle a 29 ans et c’est dans l’artisanat qu’elle nous livre son plus gros talent. Comme beaucoup d’entrepreneurs, c’est en constatant un manque d’offres qu’elle a lancé sa petite affaire. Dans son cas, c’est en cherchant des bijoux personnalisés avec des tissus traditionnels, en l’occurrence le « salouva » et le « shiromani » qu’elle a eu connaissance de cette opportunité. Comme elle le dit elle-même, on aime le Wax (tissu africain), mais avoir des accessoires faits avec nos tissus c’est aussi représenter notre propre culture et la faire connaître aux autres. Le fait-main n’était pas sa vocation, mais la curiosité et l’engouement des gens (plus précisément les internautes) l’ont poussé à réaliser qu’il y avait là une vraie occasion à saisir. Petit à petit elle a commencé à se diversifier. Vous pouvez lui commander des boucles d’oreilles, des colliers, des bracelets, des serres-tête, des sacs… Et chers Messieurs, non, pas de jalousie car elle ne vous oublie pas. Vos nœuds papillons et cravates sont également disponibles.

Bled’Art: un petit bébé qui grandit bien

Avec sa patience et sa persévérance, elle a dépassé le stade d’une simple passion et participe aujourd’hui à quasiment tous les événements locaux qui mettent en valeur la créativité des jeunes de l’île aux parfums. C’est l’une de ces femmes qui agissent au lieu de se plaindre, et qui mettent tout en oeuvre pour réaliser leurs rêves. Vous avez peut-être vu son stand lors des 2 éditions de la Matinale Shopping à Dzoumonyé ainsi qu’à la Grande Expo artisanale au Comité du Tourisme à Mamoudzou.

Sa plus grande consécration sera son défilé durant la soirée de l’élection de Miss Mayotte 2019. En effet, en plus d’avoir eu le privilège de confectionner des accessoires exclusivement pour les candidates, elle a surtout eu la chance de présenter sa collection, le fruit de son travail, au public présent ainsi qu’aux milliers de téléspectateurs qui ont suivi l’événement. Le rendez-vous est pris pour 2020.

Bled’Art était aussi partenaire de l’élection de l’ambassadrice de la tenue traditionnelle mahoraise, « Miss Salouva 2019. » Elle le sera naturellement aussi pour la prochaine édition. En attendant rendez-vous le 7 mars prochain pour l’élection de Mister ambassadeur Mayotte à Koropa. La petite entreprise se développe tout doucement avec une équipe qui innove pour votre plus grand bonheur. Vous pouvez faire appel à ses services pour apporter à vos événements, une touche de personnalisation à la hauteur de vos attentes.

Cédia M’soili: Une femme engagée

Outre son investissement dans le domaine de la mode et de l’artisanat, la jeune créatrice excerce en parallèle son noble métier de Coordinatrice de projets dans la démarche communautaire en santé à l’ADSM. C’est une structure associative pour les déficients visuels, auditifs et les personnes atteintes de la maladie Xp aussi connue sous le nom de « maladie des enfants de la lune« . Maman d’un petit garçon qui la comble de joie, elle participe également à beaucoup d’échanges impliquant les femmes mahoraises tant sur le plan privé que professionnel. Elle était d’ailleurs présente au 3ème salon de l’entreprenariat au féminin en octobre dernier. L’EAF est un réseau national qui a pour but d’aider les femmes entrepreneures dans l’avancement de leurs projets. De ce fait, elle gagne pas à pas sa place de femme influente et vous en entendrez sûrement parler, si ce n’est déjà fait.

Pour aller plus loin vous trouverez ci-dessous un lien vers une vidéo de Mayotte la 1ère qui lui avait consacré un reportage en 2018. Mais d’où vient le nom Bled’Art? La réponse dans le contenu.

https://la1ere.francetvinfo.fr/mayotte/cedia-m-soili-bled-art-552027.html

Vous pouvez également suivre ses créations et passer vos commandes en la rejoignant sur ses réseaux sociaux. Sachez également que bientôt elle sera dans l’actualité avec une autre de ses multiples facettes. N’ayez crainte, vous le saurez en temps voulu.

Bonne découverte les amis et croyez en vos rêves.

À très bientôt.

NasYou.