STOP aux violences sur mineurs aux Comores

J’aurai aimé vous partager de la joie et de la bonne humeur, mais il faut croire que c’est de plus en plus difficile avec le climat actuel. Vous l’avez compris en lisant le titre, je ne vous parle pas du CORONAVIRUS COVID-19 qui est entrain de faire des ravages. D’ailleurs faîtes attention à vous et soyez vigilants. C’est donc le sang glacé que je me suis saisis de mon téléphone pour pousser ce coup de gueule. Il est difficile en tant qu’être humain de rester insensible face à des agissements aussi graves et répétitifs. Nous avons déjà parlé du viol et ses conséquences concernant les adultes dans l’article Grossesse issue d’un viol que je vous invite à lire si ce n’est déjà fait. Mais force est de constater que les enfants le subissent de plus en plus et que j’ai l’impression que c’est devenu normal. Peut-être qu’au fil de cette lecture vous me direz: d’accord, mais qu’est-ce tu proposes comme solution? Je n’ai pas de solution miracle je vous l’accorde. Mais si nous commencions par en parler ensemble, ça vous dit?

HIer, vers 02h00 du matin je me lève de mon canapé (sur lequel je m’étais endormie) pour rejoindre mon lit avec mon portable en main. Et là je vois une notification d’une page Facebook que je suis. Je clique dessus et je tombe sur une interview de 7 minutes (elle est en comorien), une vidéo dans laquelle on explique qu’il y aurait encore un nouveau cas de viol sur un mineur survenu la semaine dernière. Il aurait 9 ans et son bourreau 18. J’en parle car j’ai l’impression de n’entendre que ça tous les jours et que c’est devenu banal. C’est très grave!

Qui sont les victimes?

Selon l’intervenant, membre de l’ONG Hifadhu Comores depuis janvier 2020 il y aurait déjà 6 cas de viol sur jeunes garçons et au moins 37 cas sur jeunes filles. Et encore ce sont les cas connus, dénoncés. Ce sont des enfants, des innocents à qui ont brise la vie sans l’avoir vraiment connu, la plus jeune victime étant âgée d’un an, seulement.

Qui sont les bourreaux?

Il n’y a pas d’âge moyen. Ça va du mineur au vieux papi de presque 70 ans. Des inconnus, mais surtout des hommes de l’entourage proches. On y trouve des professeurs (école classique et école coranique), des amis de la famille, des oncles, des beaux-pères …

Que faiT la justice ?

La justice ne fait pas grand chose ou peut-être pas assez. Du moins de ce qu’on en lit, de ce qu’on entend. Dès qu’un agresseur présumé est identifié, on apprend aussitôt qu’il est parti dans un pays voisin, qu’il est caché par des tiers… Selon son statut social il peut même continuer sa vie sans crainte évitant d’être présenté devant un juge moyennant une quelconque somme à destination de la victime (comme une sorte de dote quoi) … Selon une étude menée en 2003 par les Nations Unis, sur 599 cas d’agressions sur mineur recensés entre 2000 à 2002, seulement 64 jugements ont été prononcés sur les 3 îles de l’archipel des Comores (voir les images ci-dessous). Vous me direz peut-être que ça date, mais en 20 ans les choses n’ont pas tellement évolué ou pas assez. 551 cas relevés en 2017 selon l’association Mwana Tsi wam dzima (littéralement « un enfant n’est pas à une seule personne », autrement dit ce sont tous nos enfants). Si vous avez une meilleure traduction n’hésitez pas à la nommer dans les commentaires.

La complicité des institutions locales et des familles

Je pense que nous sommes bien d’accord que la situation est très grave. Mais vous savez dans un pays comme le nôtre, ces sujets là (qui concernent le sexe) constituent des tabous. Mais il semble que certains villageois et institutions religieuses sont tout autant coupables à faire culpabiliser les victimes (c’est mon avis et il n’engage que moi). Ces mêmes institutions qui devraient être les premières à s’insurger et à condamner ces actes. Notre enfant se fait violer et quand on ose en parler c’est nous qui sommes banni du village. C’est à nous, à notre enfant d’avoir honte à la place du bourreau? Ce n’est pas normal. Mais comment peut-on espérer un jour devenir une Grande Nation si nous (adultes, gouvernement, responsables) ne parvenons pas à protéger ces hommes et ces femmes de demain? Nos enfants.

« Sur l’île de la Grande Comore, une mère a accusé un homme de 35 ans d’avoir violé sa fille de 3 ans. Lorsqu’elle a tenté de porter plainte contre le violeur présumé, le chef de son village lui a formellement interdit sous peine d’être bannie si elle dénonçait ces faits à la justice. » Publié il y a 6 mois sur Freedom.fr

Capture d’écran: Facebook Hifadhu Comores 27 février 2020

N’est-ce pas cela protéger des frustrés ôtés de toute humanité, les soutenir en leurs faisant comprendre qu’ils peuvent continuer de brutaliser des enfants en toute impunité? Et les familles qui aident leurs fils à fuir la justice (quand justice il y a), c’est ça l’amour? Est-ce ainsi qu’ils ont été elevé? Qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent (comme détruire des innocents) et que vous serez toujours là pour eux? N’est-il pas plus morale de les laisser assumer leurs erreurs et responsabilités et au passage payer pour leurs crimes?

Et ce sont les mêmes familles qui vont se voiler la face des années plus tard et faire les hypocrites en allant demander les mains de jeunes filles vierges pour les marier à leurs « gentils » fils. Mais comment est-ce possible? Il faut se dire que tant quant cela ne leur arrive pas, elles n’en sont pas tellement touchées n’est-ce pas? Ça leur importe peu, jusqu’au jour où ce sont les leurs (et personne ne souhaite ce mal même à ses pires ennemis) qui sont concernés. Ah, là elles voudraient bien avoir de l’aide ….

Mais il y a aussi ce gros fléau de la part des parents des victimes qui acceptent parfois de recevoir l’argent des agresseurs et ne pas porter plainte contre eux en contrepartie. Oui ils devraient payer pour le préjudice causé (ne serait-ce même que pour les frais de traitement de la victime), mais cela ne devrait en aucun cas les empêcher d’être jugés quand-même. Celà dit je l’entends, parfois c’est fait sous la contrainte. Il faut dire que la pression sociale mène souvent au silence et l’on peut comprendre qu’ils cherchent à protéger leurs enfants en n’ébruitant pas l’affaire. Néanmoins, c’est contre productif. C’est pour moi, leur infliger une 2ème agression. Et pire encore ça laisse entendre que ces monstres peuvent recommencer, du moment qu’ils ont les moyens d’acheter le silence des gens. Vous m’excuserez si j’exagère, mais comme je vous le dit plus haut c’est glaçant. Vous avez le droit de me contredire et d’exposer vos opinions. Car c’est ensemble qu’on fait avancer les choses.

« Une fillette de 7 ans a été victime de viol avec violence commis par un homme qui l’a enlevée à sa sortie de l’école coranique. Les faits se sont déroulés samedi dernier à Vouvouni dans le centre de la Grande-Comore, selon le journal Albalad de ce jour. La jeune fille souffre de graves séquelles physiques et psychologiques à la suite de son agression. Tandis que le présumé violeur court toujours avec la police à ses trousses. » Source Linfo.re, paru en décembre 2011

Capture d’écran Habarizacomores.com juin 2019

Conséquences sur les enfants

Qu’il s’agisse d’agression ou de viol, il faut savoir que l’enfant qui subit ça reste traumatisé à vie. On peut y observer des troubles comportementaux dans le cadre privé et en société (notamment à l’école) qui nécessitent une intervention psychologique. En effet, il faut parvenir à lui expliquer ce qui lui est arrivé progressivement, l’aider à le surmonter et le réapprendre à vivre normalement comme les enfants de son âge. C’est un être qui va grandir avec des séquelles et qui peut se renfermer sur lui-même. Qui va être complexé dans sa vie d’adulte. Pour aller plus loin, je vous invite à lire l’avis d’une sexologue sur le site RFI.FR

Les associationS de lutte contre les violences faites aux enfants AUX COMORES

  • Service d’écoute et de protection des enfants: elle a pour missions de sensibiliser la population à dénoncer tout cas d’abus et de maltraitance à l’encontre des enfants et d’assurer une prise en charge médicale et psychologique des victimes, mais aussi d’initier des actions en justice contre les auteurs d’abus. Cellule soutenue par l’UNICEF.
  • Moina Tsi Wam Dzima
  • Hifadhu Comores (protégez les Comores)
  • Brigade des mineurs

Toutes ces organisations sont là pour protéger les mineurs et aider les parents dans les différentes démarches. Et nous pouvons remercier chaleureusement toutes ses personnes mobilisées pour cette très bonne cause dont malheureusement on aurait aimé s’en passer (je parle des violences bien-sûr). Maintenant c’est un fait, un problème de notre communauté et pas que d’ailleurs. Peut-être que vous suivez comme moi l’actualité, les paroles se sont libérées et l’on commence à dénoncer l’inacceptable. Je parle du mouvement #MeToo ou #BalanceTonPorc (en France), de l’affaire Roman Polanski… Il n’est jamais trop tard pour agir et chaque victime devrait avoir droit à une justice.

Le rôle des parents

Comme nous en avons déjà parlé dans l’article Grossesse issue d’un viol, il faut que les parents participent à l’éducation sexuelle de leurs enfants pour plus de prévention. Les associations ne peuvent pas tout faire. Je sais bien qu’il n’est pas évident d’aborder ces choses-là et pourtant il le faut. Leur apprendre à ne pas suivre des inconnus, leur demander ce qu’ils ont fait à l’école, avec leurs amis (mine de rien vous engagez ainsi la discussion). Ça leur permet de nous remonter des informations qui peuvent nous alerter sur d’éventuels comportements étranges et ainsi diminuer le taux d’agressions, même si une seule victime c’est déjà une de trop.

Il faut savoir que beaucoup de ces enfants se font interceptés à la sortie des écoles, sur le chemin de la maison, et il est là plus difficile d’anticiper l’agression. On leurs promet un bonbon, un cadeau et avec leur insouciance ils y vont sans crainte. Je ne sais pas si des actions sont menées (aux Comores j’entends) pour augmenter la vigilance sur les lieux publics et vous invite à nous les partager si vous êtes plus au courant. Si je me suis trompée sur des données n’hésitez pas à me le signaler que je puisse les rectifier.

Je finis juste en disant que nos enfants doivent être protégés et les bourreaux jugés. S’ils souffrent de maladies ou de troubles comportementaux, qu’ils soient soignés mais qu’on ne leur enlève pas la responsabilité de leurs actes. Nous ne vivons pas dans un monde de bisounours je l’entends, mais ensembe nous pouvons faire en sorte de vivre dans un monde meilleur.

N’hésitez pas à partager cet article si vous lui trouvez une utilité.

NasYou.

Grossesse issue d’un viol: comment réagir ?

Chaque femme semble avoir une conception différente de la maternité. L’envie d’avoir un enfant ne nous vient pas au même moment, non plus dans le même contexte, ou moins encore pour les mêmes raisons. Oui, mais il est là question de celles qui choisissent d’en avoir ou pas. Nous parlons beaucoup du désir de maternité. Les futurs mamans se lancent dans cette aventure par choix et avec beaucoup de joie. Oui c’est beau, parce qu’elles le veulent. Mais qu’en est-il de celles à qui on l’impose ?

L’acte de violence

Les femmes doivent pouvoir disposer de leur corps, le contrôler, decider qui a le droit ou pas de partager leur intimité. Il devrait en être ainsi. Malheureusement, et on le découvre un peu plus chaque jour grâce à la libération de la parole de ces femmes, grâce à ce mouvement dont vous avez sans doute entendu parler, qu’il y a un nombre incalculable de personnes abusées qui se retrouvent désabusées chaque jour. Ils, ces hommes assoiffés d’un désir inexplicable, détruisent des vies entières pour un plaisir de quelques secondes, et continueront à faire leur vie sans la moindre séquelle. Peut-être même qu’ils s’apprêtront à renouveller l’indigne expérience.

Pendant ce temps, elles y pensent sans cesse. Cette image nauséabonde qui défile dans leurs têtes. Elles pensent à comment ne plus y penser, et se retrouvent à commettre parfois l’irréparable. Mais à quoi bon, il n’y aura pas de coupable, pas de jugement. Les autres souffriront de leur impuissance à les faire condamner, en plus d’avoir peut-être perdu cet être qu’ils aiment tant.

Quelle suite pour elles?

C’est possible qu’avec le temps elles arrivent à se reconstruire. Il le faut, j’imagine ô combien c’est difficile mais il faut se battre et reprendre goût à la vie. Effacer sans oublier, mais avancer sans se figer sur ce passé. Mais comment réagir quand ils laissent une trace visible après cela? Quand elles découvrent qu’elles portent en elles une partie de l’ADN de leurs bourreaux? Quand elles apprennent sans joie qu’elles attendent un enfant issu de cet autre. Le souvenir constant, la douleur grandissante. Réussont-elles à passer outre le contexte? Ce n’est sûrement pas facile de trouver du positif dans cela.

J’imagine que nous pouvons distinguer différentes réactions selon chacune. Pour certaines, c’est catégorique. Il n’y a aucun doute qu’elle ne porteront pas son sang. Qu’il n’est pas question de revivre chaque jour ce moment à travers ses yeux qui seront les siens. Qu’on leur rappelle tous les jours ô combien cela doit être dur de vivre avec. Il y a cette honte qui les devorent, cette culpabilité. Mais NON, elles n’en sont pas coupables. NON Mesdames, vous ne l’avez pas souhaité. Ce n’est pas une simple décision que de faire le choix de s’en séparer, s’en éloigner. C’est un être qui ne verra jamais le jour, mais il faut les comprendre. Il leur faut entamer un processus de reconstruction et pour elles celà commence peut-être ou sûrement par là.

Et les autres? Comment font-elles pour accepter ce fait ? Peut-on réellement imaginer le courage qu’il faut pour surmonter cela? Essayons. Elles se disent peut-être que cet enfant n’a rien demandé et qu’il n’est pas juste de lui ôter la vie. Peut-être qu’elles n’ont pas ce courage d’avorter, non pas par faiblesse, bien au contraire. Il faut une telle force psychologique pour penser à ce petit bout qui grandit en elles plutôt qu’à elles en premier. Pour le voir comme un cadeau du ciel malgré le contexte difficile de sa conception. Comment expliquer à son enfant que son papa est un monstre? Pourquoi il n’est pas là ? Pourquoi il n’y a que maman qui ira le chercher à l’école. J’imagine qu’on les sur-protège par rapport à d’autres. Car oui, ils ont besoin de cette protection.

Le regard des autres

En effet, on le sait malheureusement même avec une épreuve aussi difficile il y a toujours des personnes qui pensent que vous le méritez. Qui vont le répéter à d’autres à chaque fois qu’elles vous verront passer. Qui vont regarder votre bébé de travers malgré son innocence et son insouciance. Elles ne vous verront jamais comme une victime. Tant que celà n’arrive qu’aux autres c’est rassurant pour eux. Oui, quel monde de brutes!

Ma vision, mes conseils

Vos conseils pourront sûrement en aider d’autres alors n’hésitez pas à les partager. Pour ma part je dirais que tout passe par l’éducation. Il faudrait commencer à apprendre à son enfant, lui expliquer ces choses là assez tôt. Tout ne s’apprend pas à l’école. Les parents doivent faire preuve de pédagogie et de tacte mais c’est très important pour éviter que le scénario ne se répète. Pour éviter que votre fils ne reproduise ce que son géniteur vous a fait, pour éviter qu’une autre fille subisse ce que vous avez vécu.

À toutes les filles qui se sont vu imposer une grossesse non désirée, ne vous sentez pas coupables de ne pas l’assumer. Pensez à vous reconstruire, à vous faire aider. Ne vous enfermez pas et ne vivez pas seule cette période difficile. Il y a des pays où la justice ne fait pas grand-chose au grand regret de tous. Des pays où s’il vous arrive malheur plutôt que d’en parler il faut se taire. Parce que tout est tabou. On met en avant la pudeur mais parfois c’est l’hypocrisie qui trime. Tais-toi, autrement le fils d’un tél ne voudra pas t’épouser. Double peine.

Vidéo : Conférence sur les violences sexuelles au sein de la communauté Comorienne.

À tous ces hommes qui brisent ces vies. On espère que vos actes vous hantent et que vous éprouvez ne serait-ce que des remords pour celles que vous avez détruit. Que vous comprendrez le jugement qui vous sera réservé pour votre crime. Personne ne souhaite voir un proche humilié mais si vous voulez avoir une idée du mal que celà leur fait (à ces femmes) et de l’impact que celà a dans leur vie, pensez à vos filles, à vos soeurs, à vos femmes. Je ne doute pas que le sentiment de rejet peut mener à une frustration. Mais il ne faut pas le prendre comme une atteinte à votre virilité. Il faut absolument savoir, comprendre que ce n’est pas parce que vous voulez, que l’autre veut aussi. NON c’est NON Et seulement OUI veut dire OUI.

À tous ceux et elles qui trouvent une raison à tout au point de justifier ces actes, apprenez à écouter les autres, les aider, plutôt qu’à les juger et les enfoncer. Personne n’est parfait dans ce monde mais chacun essaie de vivre au mieux. Peu importe la personne (bonne ou mauvaise selon vos critères) rien ne justifie une agression, un viol, un meurtre… Tout ce que vous ne voudrez pas pour vous, ne le souhaitez pas aux autres !

Je me permets de vous mettre le contact d’une jeune thérapeute que j’ai découvert ce jour (30 janvier 2020). J’espère qu’elle pourra vous aider si besoin. Elle fait une intervention sur la vidéo ci-dessus.

Ceci n’est que ma perception des choses N’hésitez pas à partager la vôtre. Je peux également publier vos histoires en anonyme si vous le souhaitez.

contact.lesaventuresdenas@gmail.com

À très bientôt.

NasYou.